11 dit tout #7 par Franck de Villeneuve

Accueil  /  Magazine  /  Chroniques  /  11 dit tout #7 par Franck de Villeneuve
Photo : Steff Saint E / Ocell Studio

Photo : Steff Saint E / Ocell Studio

11 dit tout ! par Franck de Villeneuve

Septième billet d’humeur d’une série à paraître le 11 de chaque mois sur le site de la Fédération Française de Clubbing ! merci la fédé ! N’hésitez pas à donner votre avis à l’aide du système dédié sur le site, vous avez le droit de réponse ou de commentaire, bref, 11 se dit tout !

11 dit tout ! – 11 octobre 2013

C’est l’été indien qui touche à sa fin, les dernières émotions estivales présentes dans nos esprits laissent place à la sensation hivernale. Partageons par ce billet un dernier coup d’œil vers un lever de soleil, partons à Ibiza.

Cela fait maintenant très longtemps que l’on me parle d’Ibiza et que je me suis refusé d’y aller. De loin cela ressemble plus pour moi à un supermarché de nos produits têtes de gondoles, qu’à une formidable scène génératrice de talents. Une scène qui ne paraît s’adresser qu’à une chose, la taille du billet de banque que chacun érige en forme de sexe pour faire le concours de celui qui a les plus grand nombre de décolletés à ses côtés en guise de crédibilité de réussite. D’autre part, je ne compte plus le nombre de fois où j’ai entendu sur le web un set enregistré dans un grand club branché d’Ibiza par un grand nom de nos scènes électroniques, et où j’ai eu la fâcheuse impression que certains d’entre eux exerçaient une forme de prostitution musicale spécifiquement pour ces endroits là. Comme si ils venaient « enrichir » leurs sets avec une espèce de crème chantilly bien Dance et bien dégoulinante qui serait là pour faire passer l’amertume d’un son au passé trop underground ; comme si on ne pouvait se permettre l’expression artistique mélancolique voire mentale dans un contexte qui utilise le
« festif » en tant qu’argument promotionnel.

J’aurai pu rester avec cet avis tranché longtemps si je n’avais pas eu la chance d’y être invité par mon ami Bruno dernièrement. Une semaine chez lui, et au départ de ce projet, un break vacances à profiter de la nature de l’Île et puis vivre bien sûr une ou deux soirées pour entendre du bon son aux bons endroits …

Résultat : mon maillot de bain a encore son étiquette et j’ai toujours mon bronzage home-studieux. J’ai vécu une transversale extraordinaire ! J’ai été invité dans de bons clubs et de bons afters, avec des passages diurnes en magnifiques villas ; j’ai pu m’approcher près, observer, parler, la chance d’avoir été bien guidé. J’y ai entendu du bon son en quasi- permanence, pas de musique outrancière dans les soirées club fréquentées, et une fois sortis des foules j’ai pu y entendre des grands noms, impliqués musicalement, partageant en
« petit » comité une vraie vibration avec passion, dans des endroits non faits pour le commerce. Certes ils proposent les concepts pour les clubs mais le circuit ne s’arrête pas là, la passion n’a apparemment jamais de cesse (pour certains 10h de platines en after après avoir été une des vedettes de la soirée en club …) et ils se donnent à 50cm de toi, tu peux sentir leur cœur. J’ai observé et découvert également un flux de gens qui vivent sur l’Île et qui festoient, sûrement depuis une autre époque pour certains, qui travaillent là pour une grande partie, des gens de partout, qui mettent dans la même phrase un mot anglais, italien, espagnol, français, qui sourient, partagent, vibrent, échangent, accueillent …

Je ne me suis pas ennuyé une seconde, je n’ai vu aucune paillette, si ce n’est en allant chercher mes clopes sur le port, j’ai passé une semaine musicale géniale, j’ai ressenti à plein de moments « la vibe » passer entre les humains qui étaient là … J’ai ressenti l’intention et je n’aurai plus jamais le même avis sur Ibiza. On se fait toujours des idées préconçues de l’inconnu, une fabrication toute personnelle ou aidée d’une déformation médiatique, mais rien ne vaut l’expérimentation.

Franck de Villeneuve


Laisser un commentaire