Montpellier : on aurait dit le Sud…

Accueil  /  Magazine  /  Focus  /  Montpellier : on aurait dit le Sud…
Tohu-bohu 2012

Festival Tohu Bohu 2012

Par Dove B (FFC) le 29 mars 2103.

Boréalis, Laurent Garnier gratuit sur la plage, des clubs pointus… Montpellier, quoi…Enfin, Montpellier il y a 5 (voire 10…voire 15 …) ans (mode : « vieux con » : ON). Car comme dirait la pub pour un célèbre opticien (pas celui qui transporte de la cocaïne dans son jet privé mais l’autre) : « ça, c’était avant ». Montpellier, capitale méridionale des musiques électroniques ? Laissez moi rire (jaune). Soooo 90′s.

Le coup de grâce a été porté l’été dernier, où une charmante ambiance de répression anti-electro très 1996 a refait son apparition. Même pas discrètement, d’ailleurs, car tout s’est précipité en l’espace de 3 ou 4 semaines. En vrac (et j’en oublie certainement) descentes policières au Zoo, un bar qui organisait les afters plus ou moins officiels de Tohu Bohu, et fermeture administrative, rapport aux plaintes du voisinage. C’est vrai que 50 jeunes dans la rue à 23H, 2 fois par an et en plein mois de juillet, c’est intolérable. Annulation préfectorale de dernière minute de la soirée Persuaders à Secret Place, une salle de concerts pourtant tout à fait légale située à quelques km du centre et perdue au milieu d’entrepôts (zéro voisins, donc). C’est à la même Secret Place que le festival BreakingBad, initialement prévu sur deux soirs, n’en a duré qu’un (là, il s’agirait plutôt de problèmes financiers, mais bon). Depuis, la salle a capitulé et se cantonne à sa vocation première, des concerts de rock et de punk. La soirée Elektrobotik Invasion a bien eu lieu à Grammont (le no man’s land herbeux où se tenaient les Boréalis) mais, le lendemain matin, il semble que la moitié de la ville ait porté plainte pour « boum boum intempestif ». Du coup, les organisateurs, cet été, la déplacent à Marseille. Même le mythique Worldwide de Gilles Peterson à Sète a été bousculé, et ses après-midis musicales sur la plage ont failli passer à la trappe au dernier moment, sauvées in extremis par la mairie de Sète, qui les a soutenues contre vents et marées devant une préfecture un brin bornée. D’ailleurs, le Worldwide aura bien lieu cette année, mais pour ce qui est de la plage, ce n’est pas gagné semblerait-il. Même problème pour le gros raout techno Summer United qui, au dernier moment et après plusieurs mois de préparation, a du abandonner la plage  et se replier dans une discothèque (par 32° à l’ombre c’est toujours sympa). En fait, la préfecture a ressorti une vieille loi selon laquelle, en gros, les événements festifs sur la plage devaient avoir un rapport avec le patrimoine du littoral. Exit les Djs et bienvenue les tielles (une spécialité sètoise à base de poisson) ? Un peu oui, dans le texte. Sauf qu’il est à noter que les soirées salsa ou années 80 en bord de mer n’ont pas été inquiétées, elles. A croire que « Macumba » et « The Girl from Ipanema » font partie intégrante du patrimoine languedocien ?

Au final, seul le festival Tohu-Bohu n’a pas été inquiété, car il fait partie du très prestigieux Festival Radio France. Quoique : il semble se réduire d’année en année : 6 soirées à ses débuts il y a 12 ans, plus que trois cette année à priori. Exception qui confirme la règle: le festival Family Piknik, qui est passé à travers les mailles du filet. Enfin, en gros, il était bien cerné tout de même (le bruit des hélicoptères qui survolent le site pendant un live de Gui Boratto, c’est particulier).

Et donc, là, on en est où ? Ben…l’hiver touche à sa fin mais n’a pas été plus brillant. Arrêt de la soirée du Caprice à 1h du matin, fermeture du Rockstore pour travaux jusqu’en septembre (exit les soirées My Life Is a Week End et les concerts d’artistes comme Tellier ou Metronomy), les bars (Zoo, Tralala, Caprice) font ce qu’ils peuvent. Au final, il ne reste guère que l’Antirouille, une petite salle de 350 places en plein centre qui, du coup, cartonne essentiellement avec des soirées dubstep ou minimale. Mais, bon, 350 places, pour une ville comme Montpellier, c’est très limité, d’ailleurs généralement à 2 h du mat-tant mieux pour eux, cela dit – c’est complet.

Quid de l’été 2013 ? Pas trop Summer of Love à priori. Il nous reste Tohu Bohu et le Worldwide, en gros. Certes, ce n’est pas si mal, mais après tout ce qu’il y avait il y a quelques années… Il y a Lives au Pont, mais c’est dans le Gard .Tout comme la Paloma, cette nouvelle salle nîmoise avec une excellente programmation qui cartonne depuis septembre.  Mais avec essentiellement une programmation orientée plus (bon) rock que techno. Pour exemple le prochain festival This Is not a Love Song avec, entre autres Dinosaur Jr et black Strobe. L’an dernier, les Nîmois du label WOH ont tenté d’investir les arènes pour leur soirée annuelle « A-Nîmé » : demi succès, du coup cet été ils se rabattent sur leur formule d’origine, plus restreinte, aux Jardins de la Fontaine. En fait, il ne faut pas se leurrer : maintenant Nîmes (140 000 habitants, des vignes) bouge bien plus que Montpellier (260 000  habitants, la plage). C’est le monde à l’envers.  Le littoral montpelliérain sentirait-il plus le sapin que l’huile solaire ?Va falloir songer à déménager, peut-être. Ou se mettre aux soirées années 80. Les Bananarama chantaient bien « it’s a cruel, cruel summer ». Mince, c’était une chanson prophétique…


Comments

  1. Renaud dit :

    Très cher Dove,
    Je trouve votre article très discriminatoire par rapport à ce qu’il se passe vraiment actuellement à Montpellier… qui montre bien que votre vision des choses est limitée à vos simples connaissances… ainsi qu’à votre nostalgie des années passées… Ce que je peux comprendre… Nous disons tous « c’était mieux avant »…

    Je ne vais pas vous l’apprendre, le déclin de Montpellier ne date pas de cette année mais est assez en rapport avec le déclin puis la fermeture du très regretté BAR LIVE qui a bercé toute une génération de clubbers qui venaient à Montpellier pour voir cette « institution » qu’il était. Une forme de « clubbing tourisme » comme profitent aujourd’hui les différentes capitales européennes, parce que 1500 personnes dans un after tout les dimanches matin juste pour les résidents, excusez moi, mais on ne voit ça aujourd’hui que à Concrete à Paris (quand bien même les line ups sont très fournis en têtes d’affiche), au Row14 à Barcelone (quand bien même il ouvre aujourd’hui à 17h et est également fournis en têtes d’affiche) ou au Berghain à Berlin (pour rappel, les résidents : Len Faki, Ben Klock, Marcel Dettmann…) et Montpellier n’est absolument pas comparable à ces capitales européennes.

    Montpellier, 255.000 habitants, était un pôle d’attraction pour les clubbers qui venaient de toute la France (Lyon, Marseille, Toulouse, Paris…) et d’Europe, juste pour venir faire la fête comme nous la faisions à l’époque… ce qui doublait voir triplait le nombre de personnes susceptibles de sortir sur Montpellier à ce moment là et pour ce style de musique. Les gens souhaitaient aller à l’after, mais il fallait bien qu’ils aillent quelque part avant… c’est à cette période que Montpellier a connu ses meilleures années… nous comptions à l’époque jusqu’à 6/7 clubs électro (tous pleins) qui se tiraient la bourre pour faire venir les meilleurs artistes, à l’époque où même les meilleurs restaient financièrement accessibles pour les clubs.
    Aujourd’hui, comme vous le dites, il reste l’antirouille en centre ville, petite jauge, mais il reste également la Villa Rouge (hors samedi) sur les extérieurs si on veut écouter une musique électronique un peu pointu et où il se passe quand même pas mal de choses.

    Ce déclin est aussi venu avec l’explosion du digital d’où a découlé la fermeture de notre bien aimé et regretté disquaire PINGUINS REC, qui était « l’épicentre des bonnes infos et des bonnes soirées » et dont l’équipe de base n’était autre que les organisateurs (pour ceux qui l’ignorent) des Boréalis citées dans votre article au dessus. Cette équipe là a été précurseur dans le domaine dans la région et même à l’échelle nationale (BIG UP à eux)… La fermeture de leur boutique a sonné le triste « début de la fin »…

    Cependant, cela est il la faute des organisateurs, des institutions, des artistes, du public ou de quelqu’un d’autre si nous sommes aujourd’hui dans la situation actuelle ? D’abord, dans le passé le public rattaché à cette musique était beaucoup plus curieux et avait soif de découvrir de nouveaux artistes… les organisateurs pouvaient se permettre de « tenter des choses »… aujourd’hui, la curiosité et l’envie de découvrir ne sont plus les moteurs qui motivent les gens à sortir malheureusement… Tenter, aujourd’hui pour un organisateur, c’est souvent perdre… De + la plupart des artistes demandent en euros aujourd’hui, plus que ce qu’ils demandaient à l’époque en francs (comme dirait une greluche télévisuelle écervelé : MAIS ALLO!)… Les pouvoirs publics quant à eux ont décidé l’année dernière de finalement appliquer la loi en vigueur depuis 10 ans où jusqu’à présent, il y avait tolérance mais pas autorisation… je ne les défends pas car préfèrerais également danser les pieds dans l’eau avec un verre de rosé à la main mais malheureusement, l’interdiction des soirées plage n’est que le résultat de l’application de la loi…
    : /
    Alors la situation actuelle serait la faute à qui ?!
    Un peu tout le monde sans doute… celle des organisateurs qui se suffisent à refaire souvent les mêmes choses pour être sur de remplir ? (quand bien même, eux aussi, il faut qu’ils mangent)… celle du public qui ne cherche plus à découvrir mais juste à revoir ? Celle des pouvoirs publics pour appliquer aujourd’hui la loi ? … Celle des artistes qui demandent des sommes astronomiques pour des performances de + en + courtes ?
    Sans doute un peu de tout ça malheureusement…

    Cependant, aujourd’hui, il faut savoir que beaucoup de nouvelles équipes se sont formé à Montpellier ces dernières années telles que THC (*), RTB (**), ?mah (***), Insomniak (****) et d’autres, qui, à leurs niveaux, dans les différents lieux qu’il reste à Montpellier, contribuent au renouvellement du clubbing à Montpellier en invitant très régulièrement des artistes inédits dans la région…
    Et non, il n’y a pas que Boozig, United ou Peck (Avignonnais) qui font bougé Montpellier très cher Dove…

    (*) (https://www.facebook.com/TechHouseCalling/info),
    (**) (https://www.facebook.com/ReclaimTheBass/info),
    (***) (https://www.facebook.com/mah.family/info),
    (****) (https://www.facebook.com/INSOMNIAKmtp/info)

    De mon avis, une analyse comme la votre porte + préjudices à ces personnes là qu’autre chose alors qu’elles mériteraient d’avoir le soutient et des encouragements de la part de personnes aussi importantes que la FFC car ce sont eux, cette génération là qui contribuent et contribuera à la renaissance de ce qu’était Montpellier il y a quelques années.

    L’avenir nous le dira.

    Bien à vous
    r.

    • Dove B dit :

      Bonjour Reno,
      L’article parle de l’été et des manifestations en plein air (festivals, plages…etc), pas des clubs, et effectivement de la mouvance electro (vaste terme, je sais…) pas tech… Les quelques lieux mentionnés pour l’hiver ne sont là qu’à titre d’exemple. Je ne dénigre pas le rôle des THC ou Insomniak, je ne cite juste pas tout le monde-mais peut-être est-ce un tort en effet… Le pire (ou le meilleur, plutôt) étant que sur la base nous sommes entièrement d’accord sur beaucoup de points (manque de curiosité d’une partie du public, cachets exorbitants de certains artistes)… »l’avenir nous le dira » dites-vous vous-même, mais nous sommes d’accord je pense pour dire que, niveau événements en plein air l’été dernier et cet été, ce n’est pas brillant, non ? Je suis le premier navré par cette constatation mais j’ai bien peur que, concernant l’été à Montpellier, le triste « c’était mieux avant » soit hélas bien justifié…:( Bon week end, Dove.

      • Renaud dit :

        Peut être que si le dernier festival Electromind n’avait pas été saccagé par la stupidité de certains, les autorités locales seraient aujourd’hui moins strictes et plus tolérantes sur ce sujet… quant aux différents festivals qui se sont tenus l’été dernier, ELEKTROBOTIK INVAZION a définitivement grillé Grammont en ne mettant AUCUN LIMITEUR et plus de 120 KW Funktion One répartis sur plusieurs scènes (de techno à hardcore) (pas étonnant donc que la Ville ne souhaite pas réitéré l’expérience avec ce genre d’organisateurs irresponsables et irrespectueux des règles et des habitants)… le festival et l’organisateur étant Marseillais, ce n’est qu’un ONE SHOT qu’il est venu faire pour en plus griller le lieu, on ne le remerciera jamais assez !!!
        Au Secret Place, il faut savoir que le festival Breaking Bad n’a pas été maintenu par manque de monde et peur des orgas de grossir le déficit, et que les ?mah y ont tenté de faire quelque chose sur plusieurs soirées tout l’été avec une très belle programmation mais que le propriétaire n’a pas été honnête avec eux sur les horaires d’ouverture réellement autorisées pour le lieu… et concernant les soirées plage, ce n’est qu’une application de la loi qui a entrainé l’annulation de celles ci…

        Mais nous sommes d’accords, Montpellier manque aujourd’hui de lieu pour pouvoir organiser ces évènements en plein air qui ont fait sa renommée… Est ce une raison pour critiquer en réel ce qu’il s’y passe et l’action des différentes organisations sur place ? Je ne pense pas que cela les serve… bien au contraire…

        Bon weekend également.
        r.

  2. Kiss My Chick dit :

    Je suis entièrement d’accord avec le fond de l’article même si je pense que les lieux ne sont plus adaptés à ce style de soirée, ( la plupart sont des salles sous équipés en son et en lumière, la climatisation est inexistante, jamais un tabouret ou un fauteuil pour se poser, les boissons chères et sous dosées, l’accueil à disparu, et les toilettes sont le plus souvent inutilisables ou honteusement crades )
    Le jour ou les patrons de Clubs et les organisateurs voudront vraiment faire plaisir à leur clients, Montpellier redeviendra un lieu incontournable de la Culture élèctronique.
    D’autre part, le Bar Live n’a jamais été le point de départ de la culture Electro de Montpellier, le Bar Live a profité des immenses succés des Festivals Borealis et de la vague Techno, mais il est vrai que ce lieu à fortement influencé la génération post 90′ et nous à révélé un grand Dj ( Cebb) ….
    Mais soyons honnête, ce n’était en fait qu’un défouloir pour vieil ado en manque de mdma….

    C’est vrai, de nouveaux organisateurs ont repris le flambeau, avec un certain succès , mais on est à des années lumières des ambiances et de la folie des soirées des années 90 à Montpellier.

    Philosophie : Organisateurs, promoteurs, patron de Club vous êtes de gros branleurs égoïstes et cupides…et pendant que vous accusez les autorités de tous vos maux les Montpellierains vont ailleurs dépenser leur tunes…..

    PS: L’autorisation de fermeture pour les Club est 7h du matin pour tout le territoire Français, il n’y a qu a Montpellier ou l’information n’est pas arrivée

    Kiss my Ckick

  3. klem dit :

    à montpellier les asso ou organise qui font la vie nocturne elctro techno sont celle dont parle renaud, THC, UNDERBOOKING, MAH , RTB,

    BREF en lisant tn article on vois bien que tu ne fou plus un pied dans les bonne soirées de montpellier looooool

    • François dit :

      La question n’est pas de savoir qui organise une soirée mieux que l’autre ou encore se sentir en mal d’amour lorsque quelqun prend sa plume pour faire état de la situation à Montpellier. Je ne pense pas, en relisant bien, que c’est l’objectif de Dove. Il existe encore des associations qui font du très bon boulot, mais je pense qu’on sera aussi d’accord pour dire que l’envergure de ces soirées aujourd’hui, malheureusement, n’est plus la même.

      Peut être que le public pourrait attendre une mutualisation des compétences et des réseaux des différentes associations afin d’organiser un Event qui ferait palir nombre de soirées organisées dans le sud ( Marseille remplacerait-il Montpellier … moi personnellement ça m’emmerde … mais c’est comme ça).

      Bref au delà de tout ça, je pense que c’est sincèrement le public qui a évolué aussi, où sont donc les soirées où tout le monde a le sourire, se parle, communique, échange, bref un esprit festif chalereux ? Je ne parle pas de tout le monde bien évidemment mais pour autant, une bonne majorité des gens.

  4. Devilo dit :

    THC, UNDERBOOKING, MAH , RTB, c’est cool mais les soirées sont en intérieur la plus part du temps… Simpa pour l’hiver mais bon en été quand il fait 40° c’est un peu limite! Puis, même en hivers, payer 15€ l’entrée de l’antirouille et se retrouver sans pouvoir bouger, trempé de sueur et tomber malade en sortant car il faut 3° degré c’est pas très glop !
    Il reste les boites de nuit (la villa, le belano) mais c’est très cher et contraignant (obligation de prendre la voiture et donc d’avoir un sam, 100€+ la bouteille, 10€ le verre, etc)
    Heureusement il reste des soirées dehors mais très souvent illégales et donc fréquemment perturbés par les force de l’ordre (ce qui est « normal » ceci dit.)
    On pourrait aussi parler du secret place et du palais du loto qui étaient des endroits simpa pour organiser des soirées quelques peu « décalés » et faire venir des artistes pointus sans déranger personne durant l’hiver mais là aussi c’est apparemment terminé (pourquoi ?). Dommage …
    Electromind c’était l’bon temps, mais là encore, cupidité et magouilles avec les assurances sont maitre mot. Je connais un agent de sécurité qui n’a toujours pas été payé pour cette soirée riche en émotions!
    C’est regrettable mais ces derniers temps plus que jamais je suis partis dépensé mes sous ailleurs que dans l’Hérault pour écouter de la techno..
    Si non, heureusement qu’on est éclectiques et ouverts (pour beaucoup) dans ce milieu et qu’on peu se rabattre sur des concerts jazz, reggae ou pop »’

  5. Dove B dit :

    Merci François et Devilo d’avoir lu attentivement l’article et d’avoir compris de quoi je parlais (soirées en extérieur l’été ). Pour les autres, quitte à me répéter (c’est pa

    • Dove B dit :

      Merci François et Devilo d’avoir lu attentivement et compris de quoi je parlais (soirées en extérieur l’été avec pointures reconnues). Pour les autres, quitte à me répéter (c’est pas grave) encore une fois je ne dénigre pas les THC, ?MAH ou Insomniak (certains sont même des amis) qui font ce qu’ils peuvent. C’est juste que ce n’est pas le sujet, d’ailleurs la plupart des organisateurs sus cités l’ont compris je pense ! Merci néanmoins pour vos commentaires, toujours instructifs….Pour ma part, je refuse d’entrer dans le débat sur quelle orga fait ou non les meilleures soirées actuellement, ce n’est ni mon rôle ni mon but (et je ne vois pas de quel droit je le ferai). Je me borne juste à énumérer des faits et des changements bien réels, puisque je les ai vécus de l’intérieur depuis 1996 environ Malheureusement, au vu de certains commentaires (une minorité, heureusement) le côté de certains (je schématise, bien sûr) « crise d’égo, j’aime pas ton article parce que tu parles pas de moi et de mes potes » me parait, à mon sens, hors de propos-et peut-être un peu révélateur de l’ambiance actuelle, qui n’est pas forcément pour arranger les choses ? ;) Après, je trouve tout débat intéressant du moment qu’il fait avancer les choses.

      Bonne soirée musicale à tous, où qu’elle se passe !
      Dove

  6. klem dit :

    on parle pas de qui fait la meilleure soirée on s’en fou, je dis juste que tu n est pas au courant de tout ,

    en gros si tu es au courant des event du sud ben oui il y a des open air, il y a des open air sur le toi du corum meme !!!! il y a des soirée plages, des open air dans des jardin avec chapelle etc etc … il y a ds boat party qui déchirent…

    en lisant tn article on a l’impression qu il n y a plus rien a faire ici CE QUI EST FAUX

    bref des millards de truc qui font que ben oui montpellier ca bouge grave …

    mais comme je l ai dis encore faut il etre au courant de l’info ….

    et ca uniquement ceux qui sortent régulièrement le sont.

  7. Dove B dit :

    Klem…décidément tu ne veux pas comprendre semblerait-il….je ne dénigre pas (pour la 125 éme fois…) tes soirées, mais on ne peut pas comparer ce qui n’est pas comparable : à savoir des soirées non officielles de 200 personnes avec des DJ locaux (avec tout le respect que je leur dois) et, comme il y a quelques années, des têtes d’affiches comme Garnier, Tiga ou Ritchie Hawtin, avec plusieurs milliers de personnes en bord de mer. ça n’a strictement aucun rapport! Je pense d’ailleurs que la plupart des organisateurs dont tu parles (sauf toi ? ;) ) font de leur mieux et font ce qu’ils peuvent, mais n’ont pas la prétention (certainement faute de moyens) de faire bouger Montpellier comme c’était le cas il y a quelques années.

  8. michel34 dit :

    Klem, une soirée sur un toi, c’est une soirée sur quelqu’un ou alors fallait-il lire sur un toit ?

  9. OLIV dit :

    qu’on cite THC en premier dans les meilleures crews qui font bouger montpellier perso ca me fait un peu mal au cul …. s’enfermer dans la pire boite a magouille de la ville pour etre tout serré au milieu de prépuberes boutonneux et écouter des artistes qui puent l’argent et le mauvais gout, merci les gars pour ce que vous faites pour la techno c’est chouette :) … qu’est-ce que j’aime les gens humbles comme vous . a bon entendeur salut

  10. tortue dit :

    HI tout le monde !

    Ben à la lecture de tous les commentaires ci dessus , effectivement cela représente bien l’ambiance du moment ….on se disperse sur les détails en perdant le fond : Faire bouger une ville ; des gens dans des soirées ( l’été par exemple ) tout en essayant de les surprendre .

    Je salis pas mal mes pompes et fond de pantalons dans des soirées et party et je constate quand même , que de plus en plus de jeuns’s y sont pour se montrer se la raconter et dire j’y étais ! Que d’y être pour le sens et le but d’une soirée : l’ambiance , le thème , la prog , le partage , l’amusement …l’éducation ( musicale ) doit y être pour quelque chose aussi…..

    Mais que je vous rassure il devient de plus en plus dur de faire bouger les gens et les pouvoirs publics ( beu ou rouge ) n’arrangent rien .

    De nos jours c’est plus de bruit , plus de vague que des responsables !

    Allez bises à l’oeil ;)

Laisser un commentaire